Le permis de conduire

397003-un-permis-de-conduire
Source Libération

Avec cet article, je vais vous faire mon petit mea culpa. Voilà, j’ai presque trente ans et je n’ai pas le permis de conduire.

Rien à voir avec le fait que je sois musulmane. Et encore moins avec le fait que je sois mariée avec un Saoudien.

Voyez-vous, je n’ai jamais eu à la fois l’argent et le temps de passer mon permis de conduire.

D’abord, cela n’a jamais été au programme lorsque j’étais adolescente. Mes parents n’ayant pas le budget pour à l’époque, ce que je comprends tout à fait. Pourtant, cela aurait été le moment idéal dans ma vie. Alhamdulelah anyway 🙂

Ensuite, je fus étudiante dans une grande ville dans laquelle je cumulais aussi une casquette de salariée afin de subvenir à mes besoins. Bien sûr, je n’avais pas vraiment le temps, mais j’aurai pu tout de même caser cela quelque part dans mon emploi du temps, question de priorité. Or, ce n’était pas une priorité pour moi à cette époque. Comme je viens de le dire, je vivais dans une grande ville. Me déplacer n’était pas un problème, loin de là. J’avais tous les métros, RER, taxis, tramways, bus et vélibs dont je pouvais rêver. Et lorsque je voulais rendre visite à ma famille, j’avais là encore des trains de disponible pour m’y enmener.

Puis, j’ai passé du temps à l’étranger en tant qu’étudiante. Pendant un an et demi, j’ai donc étudié, fais un stage en entreprise, et, sur la fin, j’ai même travaillé à temps complet afin de glaner de l’expérience supplémentaire. J’étais bien trop occupée avec tout cela, sans parler de mon petit temps libre où je découvrais mon pays d’adoption, pour passer le permis de conduire. Pourtant, j’y avais pensé car le permis était bien moins cher à passer dans ce pays-là.

Malheureusement, il était par-contre plus gourmand en temps. Et comme je ne suis pas restée longtemps, j’ai laissé tomber avec tristesse cette idée. Oui, avec tristesse car la vie à l’étranger m’avait fait prendre conscience à quel point une voiture était essentielle pour explorer mon nouveau territoire au-delà des villes. Je voulais voir des choses plus sauvages et plus reculées. Et, par association d’idées, cela me fit prendre conscience qu’une voiture serait plus que la bienvenue où que je sois au monde pour explorer et me déplacer en toute indépendance.

Suivant cette étape de ma vie, je suis restée en France pendant quelques mois, et ce, dans une situation un peu plus précaire. Avant de trouver un emploi stable et intéressant, et un adorable petit appartement, j’ai cumulé les petits emplois tout en vivant un peu chez les uns et les autres (d’ailleurs, merci à mes parents, mon oncle B., ma tante P., ma cousine A, et mes cousins B. et H – et leurs conjoint(e)s). Bref, je n’étais pas en position pécuniairement de passer le permis, et je n’avais pas non plus le temps pour être honnête. D’abord, j’ai vécu pendant pas mal de temps dans ma valise, puis, aprés cela, j’eu un emploi des plus chronophage. Là encore, au fond de moi, j’en rêvais de ce permis !

Enfin, j’ai épousé mon mari et là encore je fus étudiante, puis enceinte et étudiante, puis maman et étudiante.

Mon mari m’a toujours encouragé à passer le permis. Cela le rassurerait mille fois plus de me savoir dans ma propre voiture que dans un bus entourée d’étrangers. Sans parler du comfort que la voiture représente une fois que la famille s’agrandie, et du gain de temps phénoménal.

Second mea culpa, c’est moi jusqu’à présent qui n’en trouve pas la force. Je me sens fatiguée. En pause après toutes mes aventures et mésaventures.

Néanmoins, l’idée germe à nouveau en moi. J’y pense de plus en plus souvent, motivée par mes rêves d’escapades avec mon fils pendant que mon mari est occupé avec ses propres études et l’envie de pouvoir relayer mon mari au volant lors de grands voyages.

Sincèrement, j’espère sauter le pas bientôt, même si je ne sais pas si j’aurais le temps de terminer ce projet avant un énième déménagement outre-atlantique. Qui ne tente rien n’a rien … N’est-ce pas ?

Et vous, pourquoi vous ne conduisez toujours pas ?

Advertisements

3 thoughts on “Le permis de conduire

  1. Absolument! Qui ne tente rien n’a rien! Fonce!!! Si ça peut te rassurer, j’ai eu le mien à 34 ans. Comme toi, pendant longtemps je n’en ai pas eu besoin parce que dans une grande ville, et quand le problème s’est posé, trop cher, chronophage et personne pour garder les enfants… Mais c’est de l’histoire ancienne, ça. Maintenant tout roule 😉

  2. Salamoualeykoum

    Je connais ûne maman Qui â deux petits én bAS âge Ét Qui le passe en ce moment elle a 35ans j espère Qu elle La eu elle a ûn blog d ailleurs une personne forte attachante mashallah

    Des qu on sens la motivation et l endurance physique bismillah ….

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s