Est-ce que tu l’aimes vraiment?

 

muslimah-akhwat-jilbab-jari-dua-2
Photo Tumblr via google images

Je viens de lire sur le blog de Hannah Nemec-Snider une citation qui, je l’espère, donnera de la force aux soeurs mais apaisera aussi leurs coeurs.

Voici la citation en anglais:

“If you can’t love her in her hijaab, you can’t truly love her in anything else either.

She will be the most beautiful to you when she is obeying God. She will be the most beautiful when she is trying to make her way to Heaven.

And, If you can’t see the beauty in that, then your perspective of beauty is distorted.

If you can’t love her enough to help her get to Heaven, then perhaps you don’t love her at all.”

Et voici mon humble traduction:

“Si tu ne peux pas l’aimer avec son hijab (voile), tu ne peux pas vraiment l’aimer dans quoique ce soit d’autre.

Elle sera toujours la plus belle quand elle obéit à Dieu. Elle sera toujours la plus belle quand elle essaye d’aller au Paradis.

Et, si tu ne peux pas voir la beauté dans cela, alors ta compréhension de la beauté est déformée.

Si tu ne peux pas l’aimer assez pour l’aider à aller au Paradis, alors peut-être que tu ne l’aimes pas du tout.”

La raison pour laquelle je trouve cette citation incroyablement forte, c’est bien entendu parce-que je ne prends pas la mention de la beauté au pied de la lettre.

A mon sens, il n’est pas question ici de la beauté physique d’une personne, mais bien de sa beauté spirituelle, émotionnelle et intellectuelle.

Porter le hijab (voile) a eu un effet très intense sur ma vie. Je me sens beaucoup plus déterminée et, dans le même temps, en paix avec moi-même . Je ne crains plus le regard des autres sur ma vie (et oui, là encore il n’est pas question du physique).

Je sais que je réponds à Quelqu’un de supérieur à toute cette mascarade terrestre. Dieu.

Mes actions, mes pensées et mes mots essayent de suivre Sa voix.

Bien entendu, ce choix déplait fortement aux personnes qui n’en connaissent que ce que les médias en disent.

Personnellement, même si je comprends quelque part ces personnes (je comprends qu’elles sont les victimes d’un système) et que j’éprouve le désir de les aider à comprendre mon choix dans une conversation apaisée, je ne peux certainement pas restreindre ma vie à leurs peurs.

Je veux vivre ma vie guidée par mes envies et mes espoirs, et non guidée par mes peurs. Peur de déplaire. Peur de les voir se séparer de moi. Peur du rejet.

Et c’est là que la citation en amont prend tout son sens.

Si l’on aime vraiment une personne, pour qui elle est, alors qu’importe ce qu’elle porte?

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s