Le mensonge

Voici un thème important. Je vais parler cette fois de mon expérience personnelle.

Souvent, dans ma vie, j’ai menti.

Je ne suis pas fière de cela et si c’était à refaire je ne le referais pas, si Dieu veut.

Je mentais car je ne savais pas comment dire la vérité. Je mentais pour maintenir l’illusion du bonheur et l’illusion que tout allait bien. Je mentais pour ne pas blesser mon interlocuteur ou je mentais pour ne pas avoir à expliquer ma position sur un sujet. Et je mentais encore pour ne pas avoir à affronter une dispute.

Nous avons tous un petit diable qui s’amuse à nous murmurer de mauvaises idées, il nous trompe : “bien sûr que tu ne peux pas dire cela. Penses-tu que tu seras comprise ? Mieux vaut mentir pour avoir la paix !”

Aussi, je mentais pour ne pas à avoir à affronter le jugement des autres.

Je ne savais pas alors que :

“Rechercher l’agrément des personnes est un objectif qui ne peut jamais être obtenu, et il n’y a aucune sécurité à partir de la langue des gens, donc n’adhérer qu’à ce qui vous est bénéfique. ” (I.S)

Il est si difficile de maintenir ses opinions lorsque vous êtes la cible de pensées contraires. Le mensonge devient alors un échappatoire. Mais quelle fausse solution !

Ce qui est terrible avec le mensonge, c’est que plus l’on ment, plus on doit mentir. C’est un cercle sans fin, vicieux et infernal.

J’ai pris la décision lorsque je vivais encore dans mon petit appartement en bordure Parisienne, de dire la vérité quoiqu’il m’en coûte. J’en avais assez du mensonge qui me rongeait peu à peu.

Ce n’était pas facile. J’avais dissimulé des choses et en les révélant, forcément, les réactions ne furent pas des bouquets de roses. C’est que des choses que j’aurais pu expliquer lentement au fil des jours apparurent soudain de but en blanc.

Et je parle là de plusieurs histoires de ma vie et non d’une seule.

J’ai réalisé aussi que peu importe le nombre de sous-entendus que vous pouvez lancer croyant préparer votre interlocuteur, le jour où vous dites la vérité en toute lumière, et non plus seulement l’évocation de la vérité, c’est considéré également comme du mensonge par les autres. Qu’ils vous le disent de suite ou maintiennent une façade hypocrite quelques jours.

Alors oui, plutôt rester silencieuse à l’avenir que parler faussement.

A l’heure d’aujourd’hui, le mensonge est derrière moi et je prend à cœur de dire la vérité (ou à rester silencieuse) car il s’agit aussi pour moi d’un acte de foi.

Une croyante pouvant être bien des choses mais certainement pas une menteuse ! (P.M – PBUH)

Advertisements

4 thoughts on “Le mensonge

  1. : )

    Mentir ou dire la vérité maladroitement ? Il est si compliqué d’être compris, même par nos pairs de Foi, que parfois, on se garde d’étaler notre avis. Juste pour être bien moralement.

    1. Je vais répondre par une devinette : son beau-père (paix soit sur lui) l’appelait “homme de poussière” avec humour et bienveillance lorsque celui-ci se disputait avec sa femme (Que Dieu soit satisfait d’elle). Alors ? Qui est-ce ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s